20 avr. 2009 DEHORS PUIS DEDANS

Publié le par elisabethaalone.over-blog.com


Comme s'enrouler sur les pelouses ou dévaler les rues, comme l'oiseau sorti de sa cage, comme l'accord sur le fender, j'ai, le temps d'une fin de lundi, l'impression d'avoir avalé toute la mer en une gorgée. Tout l'extérieur qui remplit le dedans. C'est le ciel qui se lève à 19h. C'est la puissance éphémère. C'est le grand voyage un jour ordinaire, où pourtant rien n'est tout à fait différent. Et pourtant. Un truc dans l'air qui prend racines. De quoi ressentir tout l'or du monde. Un sentiment qu'on est seul à entendre, comme une cavalcade qui va bientôt disparaître. Puisqu'on va redescendre d'un palier l'heure d'après, je me suis appliquée à l'imprimer seconde après seconde dans les pores de ma peau. Presque le temps d'une chanson.

Publié dans humeur

Commenter cet article