15 sept. 2008 UN MONDE DE FOUS

Publié le par elisabethaalone.over-blog.com

Un mot sur la droite...et.. wrong. Deux autres à gauche..et.. ffzbling... patatras. Rien ne reste. Rien ne s'accroche. Rien n'a le temps de se poser. Ca s'en va baldinguer. Des bouts de phrase dépenaillées. A peine la possibilité d'y cloquer une proposition relative, quant au complément circonstanciel, n'en parlons pas.. Permanent ricochet. Pur écrasement des mots sur le béton, le placo, le papier peint au-delà de 2mn15. Des splashs continus de verbes qui finissent en bredouillements. Des splashs aussi rapides que les bulles de malabars qui t'éclatent à la figure. C'est tout l'art de la non conversation. Une vie de compteur à la main qui mesure et hurle en silence: "grouille un peu, j'ai autre chose à faire, moi". T'as plus que 0,15 secondes. Du coup t'en profites même pas, t'arrêtes en court. Epuisé des 2mn15 imparties, mais tellement croulantes, surchargées par le poids des choses à dire. J'appelle ça les relations d'évacuation. Quand il y a le feu au plancher, qu'il faut filer. La vie dans les sorties de secours.
Au moins on sait pourquoi on s'entend bien avec les engins, les appareils. On n'a pas besoin de causer.

Publié dans humeur

Commenter cet article