12 févr. 2009 UNE SORTE DE RAGE

Publié le par elisabethaalone.over-blog.com


C'est ce qui nous colle aux talons. Un sac de noeuds un sac de voeux. Le particulier dans l'universel. J'ai le goût dans la bouche entre le délice sucré et les pleurs amères. Le grand bleu et l'Himalaya. C'est la conscience étriquée entre le bel horizon et l'escalade des montagnes qui nous rend intrigants. Je détiens au creux de mes paumes une poudre d'or qui ressemble parfois à de la poussière. Je tangue et je m'attends à tout. C'est le chemin des amours, sinueux dans les contours. Les phrases tiennent avec des ficelles. Qui m'écartèlent. Je vais crier, et ce sera la résolution. C'est dire qu'il faut écouter ce qu'on met de violons.

Publié dans humeur

Commenter cet article